UEFA’s financial body is obviously not in a hurry to close PSG’s case [EN / FR]

[Version française à la suite de l’article en anglais]

What game are we playing?

It has taken almost three months for the UEFA Club Financial Control Body (CFCB) and its Investigatory Chamber to issue a statement on Monday announcing … not much in fact! In any case, no final decision. Otherwise that PSG has not gone out of  trouble and his file will be the subject of a “closer examination” in the coming weeks.
Remember, however, that the European Financial body announced the opening of an official investigation in September 2017. A year ago! Investigation that covers only the three seasons between 2014 and 2017. Not about the huge transfers of Neymar (222 M €) and Kylian Mbappé (loan with option of purchase for 180 M € bonus included). Even if it is these two transactions that set fire to the powder … Still, since the opening of this famous investigation, the investigatory chamber in charge of the case cleared, in June, the champions of France. By this mean that the PSG has not been sanctioned. But it saw the amount of contracts linking him with Qatari entities lowered substantially. As in 2014. Not enough though to be out of sacrosanct financial fair play imagined by Michel Platini.

PSG is still opened to dialogue

End of the story ? Nop. A few days later, in early July, the president of the CFCB chose to reopen the file and transmit it to the Adjudicatory chamber! It is this chamber that has decided to entrust the case PSG to its little sister, the …Investigatory Chamber. Yes, the one that filed the file a few weeks ago. “Paris Saint-Germain took note of the decision of the CFCB to refer the case to its Investigatory Chamber. As it has always done, the Club will continue to communicate serenely with the competent bodies of the CFCB and will transmit to the Investigatory Chamber any other information that it still considers necessary,” said the Paris’ club in a statement sent to AFP.

What information the various chambers of the European body could have missed? … Clearly, it is the Qatari contracts that are the weakest link at PSG. Contracts that some experts consider largely overvalued. It must be said that we imagine that the money comes from the same place: QSI and the Qatar national tourism office for example. Except that if they were completely illegal from the point of view of European law, UEFA would have punished for a long time and in a radical way, canceling them altogether. So, what’s going on? What surprises are the investigators still preparing?
Meanwhile, the leaders of the club to seven titles of champions of France have a team to strengthen. They have already had to go easy this summer, in the face of the uncertainties of this famous investigation that never ends. Investigation that could still ruin the Parisian winter transfer window? RMC understands that the investigations could still last “several months” and especially that they do indeed cover the many Qatari “deals” (Qatar National Bank, Qatar Tourism Authority, Ooredoo). “Deals” which had seen their value goes from 138 to 87 M € according to information from L’Equipe, a decrease of 37%.

Stop to procrastinate

If PSG actually cheated, the club must of course be sanctioned. As a recidivist, it would not be spared, we can imagine … Remember that it is a question of a wide range of punishments, from official reprimand to the exclusion of the Champions League. In 2014, it had to pay a 60 million euros fine and deal with a limitation of 21 players registered in the Champions League. But UEFA will have to decide at some point, stop procrastinating forever. Because this vagueness, this doubt, is already a sanction in itself for the PSG which has no visibility and does not know what room for maneuver it will have in the short or medium term. We imagine that all this is likely to delight some in Spain, Italy or Germany, or even England, but from a Parisian point of view, the joke has probably lasted long enough. One way or the other, UEFA has to decide. The earliest would be best. The situation is already pretty ridiculous. It will be a little more each day …

 

nasser

 

Le gendarme financier européen n’est visiblement pas pressé d’en terminer avec le club de la capitale.

A quel jeu joue-t-on ?

Il aura donc fallu quasiment trois mois à l’instance de contrôle financier des clubs (ICFC) de l’UEFA et sa chambre de jugement pour accoucher, lundi, d’un communiqué qui annonce… Qui n’annonce pas grand-chose en fait. En tout cas, pas de décision définitive. Sinon que le PSG n’est pas sorti d’affaire et que son dossier fera donc l’objet d’un «examen plus approfondi» dans les semaines à venir.

Rappelons tout de même que le gendarme financier européen annonçait l’ouverture d’une enquête officielle en septembre 2017. Il y a un an ! Enquête qui ne porte que sur les trois saisons entre 2014 et 2017. Pas sur les transferts XXL de Neymar (222 M€) et Kylian Mbappé (prêt avec option d’achat, puis 180 M€ bonus compris), donc. Même si ce sont ces deux transactions qui ont mis le feu au poudre… Toujours est-il que, depuis l’ouverture de cette fameuse enquête, la chambre d’instruction en charge du dossier a œuvré jusqu’à prononcer, en juin, la relaxe des champions de France. Entendez par là que le PSG n’a pas été sanctionné. Mais il a vu le montant des contrats le liant avec des entités qataries raboté sensiblement. Comme en 2014. Pas assez pour le faire sortir des clous du sacro-saint fair-play financier imaginé par Michel Platini.

Le PSG montre patte blanche

Fin de l’histoire ? Que nenni. Quelques jours plus tard, début juillet, le président de l’ICFC choisissait de rouvrir le dossier et de le transmettre à la chambre de jugement ! C’est cette chambre qui a donc décidé de confier à nouveau le cas PSG à sa petite sœur, la… chambre d’instruction. Oui, celle qui a classé le dossier il y a quelques semaines. «Le Paris Saint-Germain a pris connaissance de la décision de l’ICFC de renvoyer le dossier devant sa Chambre d’instruction. Comme il l’a toujours fait, le Club continuera à communiquer sereinement avec les instances compétentes de l’ICFC et transmettra à la Chambre d’instruction toute autre information qu’elle estimerait encore nécessaire», indique le club parisien dans un communiqué transmis à l’AFP.

Reste à savoir quelles informations auraient pu échapper aux diverses chambres de l’instance européenne… Clairement, ce sont les contrats qataris qui sont le maillon faible dans la cuirasse parisienne. Contrats que certains experts jugent largement surévalués. Il faut dire qu’on imagine bien que les sous viennent du même endroit à QSI et à l’office national du tourisme qatari par exemple. Sauf que s’ils étaient totalement illégaux du point de vue du droit européen, l’UEFA aurait sévi depuis longtemps et de manière radicale, en les annulant purement et simplement. Alors quoi ? Quelles surprises les enquêteurs réservent-ils encore ?

Pendant ce temps, les patrons du club aux sept titres de champions de France ont un effectif à renforcer. Ils ont déjà dû se serrer la ceinture cet été, face aux incertitudes de cette fameuse enquête qui n’en finit plus. Enquête qui pourrait encore pourrir le paysage parisien jusqu’au mercato d’hiver ? RMC croit savoir que les investigations pourraient encore durer «plusieurs mois» et surtout qu’elles portent bel et bien sur les nombreux «deals» qataris (Qatar National Bank, Qatar Tourism Authority, Ooredoo). «Deals» qui avaient vu leur valeur passer de 138 à 87 M€ selon les informations de L’Equipe, soit une baisse de 37%.

Arrêter de tourner autour du pot

S’il a fauté, le Paris Saint-Germain se doit bien évidemment d’être sanctionné. En tant que récidiviste, il ne serait d’ailleurs pas épargné, on l’imagine… Rappelons qu’il est question d’un large éventail de punitions, du simple rappel à l’ordre jusqu’à l’exclusion de la Ligue des champions. En 2014, il avait dû s’acquitter de 60 M€ d’amende et composer avec une limitation à 21 du nombre de joueurs inscrits en Ligue des champions. Mais l’UEFA va bien devoir trancher à un moment donné, arrêter de tourner autour du pot et tergiverser éternellement. Car ce flou, ce doute, c’est déjà une sanction en soi pour le PSG qui n’a aucune visibilité et ne sait pas de quelle marge de manœuvre il disposera à court ou moyen terme. On imagine que tout cela est de nature à ravir certains en Espagne, en Italie ou en Allemagne, voire en Angleterre, mais du point de vue parisien, la blague a sans doute assez duré. Dans un sens ou dans l’autre, l’UEFA doit décider. Le plus tôt sera le mieux. La situation est déjà assez ridicule. Elle le sera encore un peu plus chaque jour…

Par Christophe Remise – lefigaro.fr

Leave a Reply