PSG had counterattacked after UEFA’s decision, and responds to Mediapart at the same time [EN / FR]

[Version française à la suite de l’article en anglais]

Several French media (JDD / AFP) confirm that a month ago, PSG has appealed to the Court of Arbitration for Sport (CAS) to challenge the scrutiny of his case in the context of financial fair play, while the file had been filed in June 2018 (Read here).

Jean-Claude Blanc, Deputy Managing Director of the club: “Today, we are in uncertainty while we are a club that has 700 employees, which has a lot of teams on all fields, who needs to program like all the companies (…) We are depending on the decision of the UEFA (…) finally, the value of its contracts, the value of PSG’s incomes, how far they want to lower them, perhaps, to be certain that it is not in equilibrium in the framework of financial fair play, and for, perhaps, to be sure they can punish PSG (…) This uncertainty (…) would be intolerable in any other industry, where the entity supposed to regulate the market would decide which actor has the right to invest and which actor does not have the right”.

Information that undermines Mediapart’s accusations. By revealing this week that PSG was doing financial dumping and UEFA had covered the actions to avoid excessive penalties, the attitude of UEFA towards PSG and the new response of the latter clearly weaken the veracity of these accusations.

Le PSG avait contre-attaqué après la décision de l’UEFA et répond à Mediapart par la même occasion.

Plusieurs médias français (JDD / AFP) confirment qu’il y a un mois, le PSG a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour contester l’examen approfondi de son cas dans le cadre du fair-play financier, alors que le dossier avait été classé en juin 2018 (Lire ici).

Jean-Claude Blanc, directeur général délégué du club: “Aujourd’hui, on est dans l’incertitude alors que nous sommes un club qui a 700 salariés, qui a beaucoup d’équipes sur tous les terrains, qui a besoin de programmer comme toutes les entreprises (…) On est suspendu à la décision de l’UEFA (…) finalement, la valeur de ses contrats, la valeur des revenus du PSG, jusqu’où on l’abaisse pour, peut-être, être certain qu’il ne soit pas à l’équilibre dans le cadre du fair-play financier, et pour, peut-être, qu’on ait la possibilité de le sanctionner (…) Cette incertitude (…) serait intolérable dans n’importe qu’elle autre industrie, où l’entité censée réglementer le marché viendrait décider quel acteur a le droit d’investir et quel acteur n’en a pas le droit”.

Une information qui met à mal les accusations de Mediapart. En révélant cette semaine que le PSG pratiquait le dumping financier et l’UEFA avait couvert les agissements du club parisien pour éviter des sanctions trop lourdes, l’attitude de l’UEFA envers le PSG et la nouvelle réponse de ce dernier affaiblissent clairement la véracité de ces accusations.

Advertisements