WN Opinion – Confiance et théorie du complot de l’UEFA par @FinlandPsg

PSG World Nation ouvre cette page aux supporters du monde entier afin qu’ils partagent avec nous leurs opinions / leurs sentiments sur le Paris Saint Germain. Aujourd’hui, notre ami Mikko / @FinlandPsg parle de la relation de confiance avec l’UEFA et la théorie du complot qui en résulte :

Pour la plupart, on essaie d’être des êtres humains rationnels, mais quand on est supporter d’une équipe de football, ce n’est pas toujours facile. Être fan est un parti pris et vous devez constamment vous demander si votre opinion sur une situation donnée, que ce soit sur le terrain ou non, est influencée par votre manque d’objectivité.

Lorsque vous soutenez le PSG, ces sentiments ressemblent à un cauchemar récurrent. Émotionnellement, avec chaque cellule de mon corps, j’ai l’impression qu’il existe des obstacles invisibles semi-conspirateurs qui continuent à apparaître, surtout lorsque nous jouons en Champions League : Arbitrage sommaire, pires adversaires possibles, le groupe de la mort. Des choses comme ça.

Dans la tourmente émotionnelle, il est facile d’oublier que Liverpool et Naples étaient également dans le groupe de la mort et à leur détriment. Alors que Naples continue en Europa League et que Liverpool devra faire face au vainqueur d’un autre groupe. Ce n’est pas comme si cela avait bien fonctionné pour eux, mais je me demande quand même si, le cas échéant, ces actions officieuses de #UEFAsanctions prendront fin.

De nombreuses théories du complot sont faciles à dissiper. Il ne semble pas y avoir de motif, ni de voie d’exécution réaliste. Noam Chomsky a dit un jour que toutes les théories du complot du 11 septembre 2001 étaient impossibles simplement parce qu’elles auraient exigé un tel niveau de coopération secrète de tant de personnes différentes qu’il aurait finalement été improbable qu’elles l’aient gardé secret si longtemps. Même par accident, nous en aurions entendu parler. C’est moi qui le paraphrase et pour être honnête, quoi que vous pensiez à propos de Chomsky ou des événements qu’il commentait, l’important, dans le cas de notre dilemme, pendant cette campagne en Champions League est clair : si les choses sont comme nous le croyons, peut-être même comme nous le pensons, alors comment sont-ils organisés ? Comment l’UEFA pourrait-elle assurer de manière réaliste les décisions d’arbitrage coûteuses pour nous et les pires tirages possibles ?

L’UEFA, tout comme la FIFA, est connue pour sa corruption. C’est le côté mélancolique du beau jeu que son administration a créé, des organisations les plus méfiantes. Il y a eu des preuves de corruption et de nombreuses accusations sérieuses qui doivent être examinées. Les médias de football sont plutôt scandaleux et peu recommandables – une grande partie de son contenu est générée par de mauvais journaux tabloïd qui apprécient aussi les écoutes téléphoniques et le racisme – nous ne pouvons donc pas prendre tous ces articles “clickbait” à la lettre et notre code moral ne devrait pas être basé sur la vieille adage “il n’y a pas de fumée sans feu”, mais les dires font leur effet, et tous ces dégagements de responsabilités sont très louches.

Mais revenons à nous, les partisans du PSG.

Un questionnaire rhétorique rapide ici:

1. Pensez-vous que nous aurons le pire adversaire possible lors des 8es et possiblement à chaque tirage à suivre ?

2. Pensez-vous que nous sommes intrinsèquement malchanceux ?

Basé sur le Twitter anglophone PSG et au moins dans une certaine mesure sur le francophone, beaucoup ont fait le pari que l’Atletico Madrid sera notre prochain adversaire continental en février 2019. Le futur proche nous montrera ce qui se passe, et ce qui se passe n’est pas nécessairement le point principal ici. Nous aurons peut-être un tirage plus facile, mais dans des circonstances très suspectes et avec une cohérence apparemment inexplicable, nous nous posons depuis des années en Europe – depuis que le Qatar a pris le relais pour être précis – nous avons donc ce problème de confiance avec une organisation qui nettoie probablement son historique du navigateur plus souvent qu’un toxicomane du jeu sur son ordinateur professionnel. Réduire ces événements réels à la malchance, année après année, semble également un peu fallacieux.

Il est compréhensible que nous nous sentions sceptiques. L’UEFA n’est pas une organisation moralement au-dessus de la corruption. Il existe également de nombreux arbitres qui ont des problèmes avec les joueurs qui embellissent le contact physique parce que cela rend leur travail d’autant plus difficile. Le PSG a une terrible réputation à cet égard. Soyons clairs: nous ne le faisons pas nécessairement plus que d’autres, malgré la croyance populaire, mais notre réputation est sans aucun doute en lambeaux. Cela dit, cela n’a joué aucun rôle dans la soi-disant “Remontada” qui, selon une telle logique, aurait alors dû agir dans l’autre sens, mais peut-être n’y a-t-il aucune action collective contre nous, juste un peu de malchance et quelques incidents de décisions sans rapport avec nous. En fait, maintenant que j’ai mentionné la Remontada, mon esprit rationnel ne peut pas comprendre cette fameuse nuit au Camp Nou. L’équipe était certes mauvaise, mais l’arbitre était bien pire et c’est peut-être ce traumatisme sur lequel nous devrions travailler car, en gros, bon nombre de ces théories on pour origine cette fameuse soirée.

Pensons à tout cela une dernière fois sous un angle pratique du monde réel. J’utilise l’exemple de l’année dernière. Nous étions la meilleure équipe dans les phases de poule parmi tous les groupes. Par une bonne marge aussi. Nous avons marqué et marqué et gagné le groupe avec facilité. Neymar a marqué, Mbappé, Cavani aussi et Kurzawa a même réussi un coup du chapeau. Nous étions l’équipe à laquelle personne ne voulait faire face.

Lorsque nous examinons cela avec du recul, nous avons tiré le pire adversaire possible, mais en y réfléchissant de plus près, vous devez admettre que c’était en fait le Real Madrid qui avait eu le pire tirage possible et personne ne se demandait si l’UEFA tentait de les saboter. Je n’ai entendu personne suggérer qu’en étant dans le groupe C, Liverpool, Naples ou Belgrade aient été punis pour leurs péchés.

Je ne dis pas qu’il ne s’est rien passé de superflu, je ne sais pas si c’est le cas, mais seulement que nos sentiments à propos de ces choses ne permettent pas de saisir toute la réalité des événements. Il y a eu une injustice absolue. Parfois, je me demande quel instrument de torture l’opposant devrait apporter pour faire une faute sur Neymar afin d’obtenir enfin un penalty, mais mon propos est de dire que ce n’est peut-être pas aussi grave et global qu’on pourrait le croire. Et “croyance” est vraiment le mot clé ici.

Et après tout cela, j’ai toujours des problèmes de confiance. Mon moi rationnel ne se sent pas fier de ces pensées conspiratrices et j’espère que le VAR apaisera un peu nos inquiétudes, mais la partialité fait partie du sport. La croyance fait partie du sport et donc peut-être qu’il ne faut pas trop l’analyser, tout simplement. Si nous n’avions pas ces sentiments, quelle passion aurions-nous pour le sport et pour notre équipe ? A quoi servirait de rester debout tard ou de se réveiller au milieu de la nuit en fonction de votre fuseau horaire pour soutenir un groupe de personnes plein au as, que vous ne connaissez pas personnellement et qui ne vous connaissent pas, vêtus de leur maillot avec des publicités que vous avez payées et qu’ils ne peuvent pas voir et chanter des chansons d’encouragements qu’ils ne peuvent pas entendre. Si nous examinions tout cela de manière purement rationnelle, plutôt que émotionnelle, nous aurions de plus gros problèmes à régler.

Par Mikko / @FinlandPsg – Traduit par PSG WN

Advertisements